fbpx
La calligraphie japonaise demande de nombreuses années de pratique.

Calligraphie japonaise : les différents styles

La calligraphie japonaise nous émeut par la beauté et l’énergie qui se dégage de ses traits. Mais saviez-vous que cette technique millénaire est originaire de Chine ? Au fil du temps, les calligraphes chinois ont mis au point différentes techniques pour tracer les idéogrammes. Préparez votre plus beau stylo et vos encres favorites pour prendre des notes. A la fin de lecture de cet article, vous serez incollable sur cette forme d’écriture japonaise !

Origine des kanji

Tout d’abord, il faut connaître l’histoire des kanji pour comprendre l’origine de la calligraphie japonaise. Elle est apparue en Chine il y a plusieurs milliers d’années et était utilisée pour rédiger les textes sacrés bouddhiques. La Chine, en développant des contacts commerciaux et culturels avec le Japon, a alors transmis son savoir-faire aux calligraphes japonais. La technique était d’abord utilisée pour les moines zen qui utilisaient les idéogrammes sur des manuscrits et des parchemins. Avec le temps et le perfectionnement des gestes, la calligraphie est devenue une véritable forme d’art au Japon.

La calligraphie japonaise demande de nombreuses années de pratique.
La calligraphie japonaise demande de nombreuses années de pratique.

Les 5 styles majeurs de la calligraphie japonaise

Au fil du temps, la calligraphie a été perfectionnée et plusieurs styles se sont développés. On remarque qu’ils se sont adaptés aux besoins de leur époque et des outils disponibles à ce moment. On compte 5 grands styles dans la calligraphie japonaise. Ils ont tous été inventés en Chine et je vous les présente du plus ancien au plus récent.

Tensho : le style des sceaux

Le style tensho (篆書, てんしょ) s’inspire des caractères sigillaires utilisés autrefois pour les sceaux. Ces idéogrammes étaient gravés sur des carapaces de tortues ou sur des os. Leur origine est donc très ancienne. C’est le calligraphe chinois Qin (221-206 av. JC) qui a standardisé la façon de les tracer en s’inspirant de ces formes archaïques des idéogrammes.

Reisho : le style administratif

Plus tard, le style reisho (隷書, れいしょ) a été développé pour faciliter le travail des fonctionnaires chinois dans leur travail administratif. En effet, le style tansho demandait une gestuelle précise et prenait beaucoup de temps. Le style reisho est plus simple à tracer et se démarque par des traits aplatis. Ces idéogrammes ont une particularité esthétique : les traits horizontaux se terminent par une ondulation que l’on nomme « queue d’oiseau ».

Un shodoka s'entraîne à tracer des kanji.
Un shodoka s’entraîne à tracer des kanji.

Sôsho : le style cursif

Le style sôsho (草書, そうしょ) apparaît à peu près à la même époque que le style reisho. On l’appelle cursif, car les calligraphes tracent les idéogrammes en un seul geste en suivant un tracé très abrégé des caractères. Au premier abord, on pourrait se dire que ce style est beaucoup plus simple que ceux dont nous avons déjà parlé, mais détrompez-vous, il est considéré comme le style dont la gestuelle est la plus difficile à maîtriser.

Gyôsho : le style semi-cursif

Le style gyôsho (行書, ぎょうしょ), appelé aussi style semi-cursif, a été créé par le calligraphe Liu De-Sheng pendant la dynastie Han (206 av. JC à 220 ap. JC). Plus tard, cette forme d’écriture a été perfectionnée par le calligraphe Wang Xizhi (321-379) et son fils Wang Xianzhi. Ce style se distingue par des caractères de forme régulière et simplifiée. Il permet une écriture manuscrite plus fluide et plus rapide.

Kaisho : le style standard ou régulier

Le style kaisho (楷書, かいしょ) est apparu au cours du 3ème siècle à la fin de la dynastie Han sous le pinceau de Wang Ts-Zhong. Ce style s’est rapidement répandu dans toute la Chine avec la centralisation du pouvoir. Les caractères tracés selon la calligraphie kaisho possèdent des traits clairs et bien séparés. La forme globale des idéogrammes s’inscrit dans un carré imaginaire contrairement à ceux de style tensho qui tiennent dans un rectangle. C’est ce style que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les kanji modernes et dans les caractères d’imprimerie.

Le style de calligraphie Kaisho correspond aux kanji modernes et aux caractères d'imprimerie.
Un calligraphe japonais trace des kanji dans le style kaisho.

La calligraphie japonaise dans les mangas

Les mangakas sont des artistes passionnés et il n’est pas rare de trouver au Japon une multitude de titres sur des thèmes plus exotiques les uns que les autres : le vin, le cyclisme, la cuisine, le badminton… À chaque fois, malgré ces thèmes complètement ordinaires, ils nous tiennent en haleine tout au long d’une série de tomes (ou d’épisodes si vous les regardez en anime). La calligraphie ne fait pas exception avec le manga Barakamon de Satsuki Yoshino. Dans cette série, on suit l’histoire de Seishû Handa, un jeune calligraphe talentueux, mais un peu trop orgueilleux. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher l’histoire, mais je vous encourage à découvrir les aventures de ces personnages attachants !

Suivez les aventures de Handa Seishû, un jeune calligraphe japonais, dans Barakamon.
Suivez les aventures de Handa Seishû, un jeune calligraphe japonais, dans Barakamon.

Comment s’initier à la calligraphie japonaise

Toutes ces explications vous ont-elles donné envie de tester la calligraphie japonaise ? Dans cette vidéo, je vous explique quel est le matériel dont vous avez besoin pour bien débuter. Vous lancer dans l’art du shodo est aussi un excellent moyen de pratiquer l’écriture des kanji. Je ne peux que vous encourager dans cette voie. Qui sait, peut-être que dans quelques années je viendrai voir une exposition de vos œuvres. 😉

Une fois que vous aurez votre kit du parfait shodoka, venez me rejoindre sur Twitch ! Je fais de la calligraphie en live sur ma chaîne. Pratiquons ensemble l’écriture des kanji ! 😊​

Un cahier d’exercices pour vous entraîner

J’ai conçu avec l’illustratrice Ponchounette un magnifique cahier d’exercices pour vous permettre de suivre vos progrès en japonais et vous permettre de pratiquer l’écriture des kana et des kanji. De quoi garder une trace écrite de vos essais en calligraphie !

Partager l'article :
 
 
   

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.