Menu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
utiliser la forme polie en japonais est très important au travail

Forme neutre et forme polie en japonais

Le savoir-vivre est un pilier de la culture japonaise. Savoir se conduire en société, savoir quoi dire, quoi faire dans chaque situation. Au Japon, gestes comme mots revêtent une grande importance et le moindre faux pas peut vite être jugé et fustigé. 
Cette politesse imprègne donc la langue japonaise et lui confère une grande richesse. Formules de remerciement spécifiques à certaines situations, suffixes honorifiques à ajouter au nom de son interlocuteur (san ou sama), les marqueurs de respect sont partout.
Il est très important de connaitre ces différents points afin de comprendre vos interlocuteurs japonais, mais aussi éviter les boulettes et passer pour un rustre sans éducation sans le vouloir ! 

Voilà pourquoi aujourd’hui nous allons voir ensemble les différentes formes familières et formes polies en japonais. Vous êtes prêt ? C’est parti !

Im Ready Lets Go GIF by Leroy Patterson - Find & Share on GIPHY

via GIPHY


Les différents registres de politesse au Japon

Cela n’a rien de surprenant, au Japon, comme en France, on n’emploiera pas le même type de langage pour s’adresser à son cercle de proches (amis, parents) ou à des gens que l’on ne connait pas. De la même manière, vous ne vous adresserez pas de la même manière à quelqu’un de votre âge ou à un ainé. À un collègue ou à votre patron.

Si en France on marque la politesse en vouvoyant son interlocuteur, chez nos amis nippons, malheureusement c’est un peu plus complexe que ça !
Il existe bien évidemment des registres de politesse au Japon. Langage familier ou très familier, forme polie, langage soutenu…c’est ces registres que vous allez devoir maitriser afin de vous adresser à votre interlocuteur sans faire de bourde.

Les trois groupes de verbes en japonais 

Avant de commencer, il faut savoir que la conjugaison des verbes va varier en fonction du groupe auquel ils appartiennent. Et oui, au Japon aussi il existe trois groupes de verbes : 

Le groupe des exceptions (venir et faire) :  

Et oui ils ne sont que deux ! Ouf !

来る (kuru) : venir
する (suru) : faire

Le groupe des “ichidan” :

Il s’agit de tous des verbes finissant en -eru ou n’ayant qu’une syllabe devant le -ru à l’infinitif. Par exemple たべる (taberu – manger) ou ねる (neru – dormir).

Le groupe des “godan” : 

À savoir, tous les autres verbes : ceux qui finissent par : -u, –ku, -su, -tsu, -nu, -mu, -bu, -ru.

Comme les verbes かう (kau – acheter) ou のむ (nomu – boire).

À noter : l’usage des pronoms personnels (je, tu, il, nous, vous..) ne change pas la conjugaison d’un verbe en japonais. Ça facilite la tâche !

La forme neutre en japonais

La forme neutre ou forme du dictionnaire en japonais (辞書形 – じしょけい – jishokei) correspond à une forme sans notion de politesse. Elle est utilisée en famille, entre amis ou parfois pour s’adresser à des personnes plus jeunes ou de hiérarchie inférieure.

Happy Season 3 GIF by Friends - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

Pourquoi “forme du dictionnaire” ? C’est la forme que l’on trouve en cherchant le verbe dans un dictionnaire et correspondant au présent neutre : taberu (manger), miru (regarder), suru (faire), etc.

Pour conjuguer un verbe à la forme neutre, il faudra employer :  

  • Présent et futur affirmatif : se terminent tous par : す, つ, う, る, く, ぐ, ぶ, む ou ぬ.
  • Présent et futur négatif : on remplace le う (u) final par あない (anai) ou par ない (nai) en fonction du groupe auquel ce verbe appartient.
  • Passé affirmatif : comme la forme en て (te) en remplaçant le え (e) final par un あ (a).
  • Passé négatif : on prend le négatif présent et on remplace ない (nai) par なかった (nakatta).

Exemples de conjugaison à toutes les formes avec le verbe “regarder”:

  • Au présent et au futur affirmatif :  見 – miru (je regarde)
  • Au présent et futur négatif : 見ない – minai (je ne regarde pas)
  • Au passé affirmatif : 見 – mita (j’ai regardé)
  • Au passé négatif : 見なかった – minaka-ta (je n’ai pas regardé)

Autres exemples de forme neutre en japonais :

  • 買い物に行– kaimono ni iku (je vais faire les courses)
  • りんごを食べ – ringo o tabeta (j’ai mangé une pomme)
  • 勉強しなかった benkyō shinakatta (je n’ai pas étudié)


Abréviations et mots d’argot : le langage très familier en japonais

Le langage très familier, voire malpoli, existe aussi au Japon ! Parfois qualifié d’”argot” ou de langage “vulgaire” on le nomme zokugo (俗語).
Certains mots de vocabulaire entendus couramment dans les anime (je suis sure que vous en connaissez) font parti de ce langage familier, il vaut mieux éviter de les employer.

Parmi eux on peut citer des mots comme : 

マジで ? (maji de ?) – vraiment ?

おっす / オッス (ossu) – salut ! yo !

ばっちぐー ! (bacchiguu !)  – excellent !

Kimetsu No Yaiba Comedy GIF by iQiyi - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

Le langage très familier ne se traduit pas seulement en vocabulaire, mais aussi par divers petits ajustements de grammaire : mots raccourcis, soustraction de particules superflues, etc.

日本酒 (を) 飲んだ こと (が) ある ?

Nihonshu (wo) nonda koto (ga) aru.

Est-ce que tu as déjà bu de l’alcool japonais ?

Bien sûr il existe de très nombreux mots familiers qui varient en fonction des régions du Japon et des générations. Impossible de tous les répertorier ici ! 

La forme polie en japonais

Cette forme, aussi nommée forme en “ます” (ます形 – masu kei) est utilisée avec les personnes que nous ne connaissons pas ou qui ne nous sont pas proches. C’est pourquoi la forme polie est souvent enseignée avant la forme neutre lorsque l’on apprend le japonais. 

Harry Potter What GIF by Sky - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

Cette forme reprend le radical du verbe à la forme neutre et transforme le う final par います (verbes du groupe godan) ou le る final par ます (verbes du groupe ichidan).
Quant aux verbes irréguliers : する(faire) devient します et くる (venir) devient きます.

Pour conjuguer un verbe à la forme polie, il faudra employer :  

  • Présent et futur affirmatif : ます(masu)
  • Présent et futur négatif : ません (masen)
  • Passé affirmatif : ました (mashita)
  • Passé négatif : ませんでした (masen deshita)

Exemple de conjugaison à toutes les formes avec le verbe “travailler”:

  • Au présent et au futur affirmatif :  はたらきます – hatarakimasu (je travaille)
  • Au présent et futur négatif :  はたらきません – hatarakimasen (je ne travaille pas)
  • Au passé affirmatif : はたらきました – hatarakimashita (j’ai travaillé)
  • Au passé négatif : はたらきませんでした – hatarakimasen deshita (je n’ai pas travaillé)

Autres exemples de forme polie en japonais :

  • 30分待ちました –  sanju pun machimashita (j’ai attendu 30 minutes).
  • 今夜は来ませんでした – konya wa kimasendeshita (elle n’est pas venue ce soir).
  • アニメを見ます – anime o mimasu (je regarde des anime).

La forme polie ultime : le keigo

Le boss final de la politesse au Japon c’est le keigo ! Le mot keigo (敬語) s’écrit avec le kanji qui signifie « respecter » (敬) et le kanji de « langue » (語).

Si connaître et maîtriser la forme en polie (ます) en japonais est largement suffisante pour un débutant, je pense qu’il est tout même très important de connaitre le keigo (qui correspondrait à un niveau de langage soutenu en français). Même si vous ne l’emploierez peut-être pas vous-même tout de suite, il est probable que diverses personnes l’emploient pour s’adresser à vous, notamment si vous êtes client au Japon.

Buster Keaton GIF - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

L’histoire du keigo

La forme keigo est un reliquat du système de caste qui était pratiqué au Japon autrefois. Il souligne donc le respect que l’on porte à quelqu’un d’une “caste” supérieure. Si aujourd’hui ces castes ont disparu, le discours honorifique demeure et permet de marquer les différences hiérarchiques.

On utilise donc le keigo pour marquer son grand respect pour les personnes qui nous sont “supérieures” (notion bien discutable je vous l’accorde) : personnes plus âgées, plus haut placées dans la hiérarchie, clients, etc.

Ce qu’il vous faut savoir, c’est que le keigo est très difficile à maîtriser, même pour les Japonais. D’ailleurs le keigo n’est pas appris aux enfants à l’école, mais plutôt aux jeunes adultes qui se préparent à entrer dans le monde du travail (bien qu’ils l’entendent déjà au quotidien). 

Ce qui complique encore la chose, c’est que le keigo n’est pas toujours employé de manière stricte selon les entreprises. Il peut également être employé pour s’adresser à un collègue japonais et laissé de côté pour parler à un collègue étranger. Parfois avec l’intention volontaire de souligner la différence entre ce “non-Japonais” et le reste de l’entreprise, parfois simplement pour lui faciliter la vie. Pire encore, dans certains contextes, l’utilisation du keigo peut être vue comme une manière d’imposer de la distance, de la froideur, et peut donc être mal perçue.

D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur le monde du travail au Japon, j’en profite pour vous rappeler que j’ai sorti une vidéo YouTube sur le sujet !

Le sonkeigo (尊敬語)

Le sonkeigo permet de montrer du respect à une personne de position supérieure, comme un manager ou un client. Cette forme de keigo ne doit au grand jamais être utilisée pour parler de soi ! Le sonkeigo remplace certains mots de langage “courant” par d’autres, marqueurs de la politesse, ainsi que par des verbes spécifiques. 

Exemples de sonkeigo : 

  • Faire – forme neutre : する (suru) sonkeigo : なさる (nasaru)
  • Aller – forme neutre : 行く (iku) sonkeigo :  いらっしゃる (irassharu)
  • Regarder – forme neutre : 見る (miru) sonkeigo : ごらんになる (goran ni naru)

Le kenjôgo (謙譲語)

Le kenjôgo en revanche est utilisé pour marquer sa modestie lorsque l’on parle de soi face à quelqu’un de rang social supérieur. Il est utilisé pour décrire vos actions ou celles de vos proches. Comme le sonkeigo il est caractérisé par l’usage de mots, d’expressions et de verbes spécifiques.

Adhir Kalyan Reaction GIF by CBS - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

Exemples de kenjôgo : 

  • Faire – する(suru) kenjôgo : いたす  (itasu)
  • Aller – 行く (iku) kenjôgo : まいる (mairu)
  • Regarder – 見る (miru) :  kenjôgo : はいけんする (haiken suru)


Les préfixes honorifiques : 

En sonkeigo comme en kenjôgo, on trouve trois préfixes utilisables pour marquer le respect à ajouter aux noms, adjectifs ou encore aux adverbes : あ (a), お (o) et ご (go). 

お et ご sont deux préfixes honorifiques, tandis que あ est un préfixe d’humilité, utilisé pour parler de sa famille.

Exemples : 

  • 仕事 shigoto (travail) -> お仕事 (oshigoto)
  • 家族 kazoku (famille) -> ご家族 (gokazoku)

Cet article est déjà bien long, aussi, si vous avez des questions spécifiques sur le keigo, je vous propose de me les poser en commentaire ! 

C’est un point que j’aborde longuement dans ma formation OBJECTIF JLPT4, donc si vous avez déjà de bonnes bases de japonais (niveau JLPT5) et souhaitez approfondir vos compétences en vue d’un voyage ou d’un projet de vie au Japon, je vous la recommande vivement.

Voilà ! En résumé, la politesse et très importante au Japon et se traduit par de nombreuses subtilités de langage.

  • L’emploi de préfixes et suffixes de politesse ajoutés aux noms et aux verbes
  • Des expressions et constructions honorifiques
  • L’usage de verbes spécifiques
Fun Lol GIF by CANAL+ - Find & Share on GIPHY

via GIPHY

Mais cela ne doit pas vous décourager ! Si vous ne résidez pas au Japon depuis 20 ans (et encore), vous serez facilement pardonné.e pour votre usage approximatif du keigo.

Cependant, malgré les difficultés qu’il représente, je pense qu’il est très important de le connaître et d’en saisir au maximum les nuances afin de mieux comprendre vos interlocuteurs et leurs intentions.
Le keigo est une part importante de la culture japonaise puisqu’il témoigne d’un système de pensée assez différent du nôtre. 

Si vous aimez le Japon, faites l’effort de vous intéresser au keigo !

Si vous avez déjà eu l’occasion de voyager au Japon, avez-vous été confronté.e au keigo et avez-vous su le reconnaitre ? Avez-vous eu d’autres soucis liés à l’emploi des formules de politesse ? 

J’adorerais connaitre vos anecdotes à ce propos ! N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Isabelle VANSTEENKISTE

Isabelle est journaliste au Japon depuis plus de 4 ans. Directrice éditoriale de Lepetitjournal.com Tokyo, un média pour expatriés français, elle travaille également comme freelance pour divers médias et a publié un thriller se déroulant au Japon : Kuro Neko.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *