danses ainous au lac Akan

Le peuple Aïnou au Japon : culture, Histoire et art d’Hokkaido

Le peuple Aïnou, originaire de la partie septentrionale de l’archipel japonais, en particulier de l’île désormais nommée Hokkaido, possède sa propre langue ainsi qu’une culture riche et diversifiée comprenant une littérature orale, des rituels religieux et différents artisanats. 

Pourtant, cette ethnie est très peu connue du grand public, même du peuple japonais lui-même. La raison ? La société et la culture aïnou ont été gravement affectées par la colonisation progressive de leurs territoires. Aujourd’hui encore, bien que considérés officiellement comme faisant partie de la Nation japonaise, les Aïnous subissent toujours de la discrimination dans de nombreux domaines.

Qui sont les ancêtres des Japonais ?

Les origines du peuple Aïnou

La culture aïnou serait progressivement apparue au XIIe, XIIIe siècle sur Ezo (ancien nom d’Hokkaido) et aux alentours. Elle serait issue du mélange de deux cultures : la culture Okhotsk (peuple de marins) et de la culture Satsumon (peuple sédentaire et cultivateur). 

La culture Okhotsk viendrait principalement des régions situées le long de la mer d’Okhotsk, à Hokkaido. Ce peuple conservait alors des crânes d’ours dans leurs habitations et les chercheurs pensent que les ours auraient joué un rôle important dans leur religion. On a retrouvé le même type de pratique chez les Aïnous. On estime donc que la culture Okhotsk a exercé une influence significative sur la culture aïnou en termes de spiritualité.

Bien qu’on pense la culture aïnou établie aux alentours du XIIIe siècle, les premiers documents historiques mentionnant leur existence datent du XVe siècle environ. À cette époque les Aïnous faisaient alors régulièrement du commerce avec leurs voisins, notamment avec ceux qu’ils appelaient les Wajin (peuple de Honshu) ou avec la Chine.

Groupe d'ainous



La colonisation d’Hokkaido

Les relations commerciales entre Wajin et Aïnous évoluent au fil des siècles et petit à petit, de plus en plus de Wajin s’installent sur l’île d’Ezo et y étendent leur influence. Diverses querelles politiques et économiques, rythment alors les relations entre les deux peuples. En résultera une colonisation progressive du territoire aïnou par les seigneurs féodaux wajin.

En 1799, le shogunat de Tokugawa s’empare de la moitié sud d’Ezo et en 1807, il étend ce contrôle à sa moitié nord. À cette époque, les Aïnous ne sont déjà plus considérés comme des partenaires commerciaux, mais de plus en plus comme une main-d’œuvre inférieure et exploitée. On confie aux Aïnous les travaux pénibles et on les prive de leurs terres. 

Cependant, afin d’éviter toute alliance entre les Aïnous et la Russie (qui lorgne sur Ezo), Tokugawa tente d’apaiser les Aïnous en leur offrant sa protection et en assouplissant les règles de commerce mises en place. Le shogunat lève également  diverses interdictions qui leur avaient été imposées. 

Malgré ce radoucissement de façade, les Wajin forcent le peuple Aïnou à abandonner ses costumes et ses traditions, bijoux et même tatouages traditionnels.

boutique ainou



D’Ezo à Hokkaido, la disparition du peuple Aïnou

C’est en 1869 que l’île d’Ezo est rebaptisée Hokkaido par le gouvernement japonais, symbolisant son incorporation définitive au sein d’un “Japon” uniforme. Les Aïnous sont alors listés en tant qu’“anciens aborigènes” et fortement discriminés.

La même année, le “Kaitakushi” ou “Bureau chargé du développement et de la colonisation d’Ezo”, créé pour gouverner l’île du nord, interdit la langue et le mode de vie aïnou et promeut au maximum le mode de vie japonais. Sous sa direction, les ressources naturelles du territoire seront envoyées à Honshu, la pêche et la chasse seront interdites, les familles aïnou recevront des terres incultivables ou bien plus petites que celles réservées aux Wajin, etc. Ces nombreux changements seront la cause de maladies et de famines qui entraineront la mort de très nombreux Aïnous.

La modernisation d’Hokkaido (construction de routes, etc.) se fera d’ailleurs aux dépens des Aïnous aussi bien que des prisonniers japonais  envoyés dans des camps de travail aux conditions épouvantables (comme celui d’Abashiri).

Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les Aïnous puissent établir la “Hokkaido Ainu Association”. Depuis, différentes mesures ont été progressivement adoptées pour protéger ce qui pouvait rester de la culture Aïnou.

Même plus récemment, en 1986, le Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone déclarait : “le Japon est une nation racialement homogène, il n’y a pas de discrimination à l’encontre des minorités ethniques de nationalités japonaises”.

Malgré de nombreuses difficultés et grâce aux échanges internationaux, les Aïnous ont pu observer différentes initiatives prises par les peuples autochtones opprimés de par le monde et continuer leur travail pour faire reconnaitre leur culture et leur histoire.
En 1994, le premier (et le seul à ma connaissance) descendant d’Ainu était admis au sein de la Diète (assemblée nationale japonaise).

La culture Aïnou, qu’en reste-t-il ?

Selon les recherches de la “Hokkaido Ainu association”  environ 15.000 Aïnous vivraient actuellement à Hokkaido. Un chiffre difficile à évaluer tant les sources à ce propos sont rares. De plus, les Aïnous ont souvent honte de leurs origines qu’ils dissimulent.

Où sont les Aïnous ?

“Ainu” signifie “êtres humains” et “mosir” signifie “terre” ou “îles”. Ainumosir était donc le nom que donnait le peuple aïnou à leurs terres. Leurs villages étaient quant à eux nommés “kotan”.

Il existe un village Ainu “traditionnel” dans l’est d’Hokkaido, sur les rives du magnifique lac Akan. Cependant celui-ci est avant tout une mise en scène pittoresque destinée au touriste. On y trouve un alignement de boutiques proposant des vêtements, des sculptures sur bois et autres objets de la culture Aïnou.

village des ainous au lac akan
Ainu kotan au lac Akan



Danses, chants et littérature 

Dans ce village artificiel, nommé Akanko Ainu Kotan, il est possible d’ assister à un spectacle pour découvrir les danses traditionnelles aïnous : danse des cheveux noirs (Futtarechui), danse de l’arc (Ku rimuse), danse du renard (Chironnupu rimuse)… Les Aïnous célébraient la nature et les évènements de la vie avec de nombreuses danses. Celles-ci étaient pratiquées pour exprimer la gratitude des Aïnous envers les dieux (nommés kamuy). 

S’ils n’avaient pas de langue écrite, on sait que la littérature orale aïnou se divisait en trois types de récits : les récits héroïques (Sakorope), les récits mythologiques (Oyna) et les contes (Tuytak).

Ces récits étaient d’ailleurs souvent narrés en rythme, avec certaines phrases récurrentes récitées comme un refrain. 

La musique tient elle aussi une place très importante dans la culture Aïnou. Divers instruments sont employés tels que le Mukkuri, une petite “harpe de bouche”. Les chants traditionnels sont nommés “Upopo” et il en existe une très grande variété selon les régions d’Hokkaido.

Les vêtements Aïnous

Les Aïnous fabriquaient leurs vêtements avec des peaux d’animaux, de poissons et d’oiseaux ou avec de l’écorce d’arbres. Ceux-ci étaient ensuite brodés de motifs complexes qui servaient de talisman contre les maladies ou les mauvais esprits. 

A retrouver sur Insta



Ces tenues étaient portées avec une ceinture tissée de forme similaire à celle de l’Obi japonais. En hiver une veste aux manches courtes en fourrure de cerf ou d’un autre animal pouvait être ajoutée à l’ensemble. De nombreux ornements étaient également portés par les femmes comme par les hommes : couronnes, épées décoratives, bracelets, etc.

Les motifs des tissus Ainu semblent similaires à ceux retrouvés chez les peuples vivant sur les îles Sakhalin, indiquant les très probables échanges de ces différentes communautés. 

Les tatouages du peuple Aïnou

Le tatouage rituel était une pratique visiblement très importante dans la culture Aïnou et qui concernait particulièrement les femmes. Ceux-ci se faisaient sur le  visage, mais également sur les mains et les avant-bras. Ils permettaient entre autres de spécifier la maturité sexuelle, le statut social, l’appartenance à un clan, etc. Si cette pratique a été violemment réprimée par les Japonais, elle a réussi à perdurer jusqu’à nos jours. Vous pourriez donc croiser certaines femmes d’Hokkaido avec le dessus de la lèvre tatouée en un sourire bleu énigmatique.

Photographie ancienne d’une Aïnou tatouée


Vous l’aurez compris, les sources concernant les Aïnous sont rares, et ce pour de nombreuses raisons. Premièrement  l’absence de traces écrites laissées par le peuple aïnou lui-même, mais aussi en raison de la brutalité avec laquelle le Japon a tenté pendant des centaines d’années d’en effacer toute trace. 

Si l’histoire du peuple Ryukyu (archipels d’Okinawa) est plutôt connue et peut déclencher parfois des débats houleux, l’acceptation de l’Histoire Aïnou est très récente et de nombreux Japonais vont même jusqu’à ignorer leur existence ! (J’ai constaté ce fait moi-même en parlant de ma rencontre avec les Aïnous à un ami tokyoïte qui n’en avait jamais entendu parler).

Golden Kamuy

Récemment, l’annonce des Jeux Olympiques de 2020 a lancé la construction d’un musée des Aïnous moderne. Cependant ici encore, le peuple Aïnou est plutôt dépeint comme une peuplade primitive (à la manière des Amérindiens) que comme une culture équivalente à celle des Wajin.

Il existe également un manga nommé “Golden Kamui” et dessiné par Satoru Nada qui a récemment mis un coup de projecteur sur les Aïnous en 2022.

Est-ce que cela vous intéresserait d’en savoir plus sur la langue Aïnou ? Si oui, faites-le-moi savoir en commentaire et je serais ravie de vous écrire un article détaillé sur le sujet (avec quelques mots courants, les différences avec le japonais, etc.)

Isabelle VANSTEENKISTE

Isabelle est journaliste au Japon depuis plus de 4 ans. Directrice éditoriale de Lepetitjournal.com Tokyo, un média pour expatriés français, elle travaille également comme freelance pour divers médias et a publié un thriller se déroulant au Japon : Kuro Neko.

2 commentaires

  • Avatar

    Jean-Marie Bassinet

    Bonjour et merci pour cet article très intéressant. je découvre que ce peuple n’est pas connu de certains japonais, pourtant si ancrés dans leurs traditions!
    Je suis preneur de la suite, si suite il y a.
    Bien cordialment,

  • Avatar

    Sophie MARETTE

    J’ai pu visiter Hokkaido deux fois et j’y ai découvert la culture Ainu, le lac Akan et ses environs, la ville avec les magasins et musées ainus. Ce fut si émouvant. J’ai aussi assisté à une conférence avec des Ainus venus exprès d’Hokkaido à la Japan Foundation de Londres. Des moments fabuleux, je veux y retourner. La nature d’Hokkaido est magnifique. Je conseille cette région hors des sentiers battus.

    Oui, cela m’intéresse d’en savoir plus sur la langue Ainu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *