Menu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Endroits moins connus au Japon : mon top 5

Depuis la fin de la pandémie de COVID-19 et la réouverture des frontières, le Japon est une destination de vacances privilégiée pour de très, très nombreux visiteurs venus du monde entier.

Si c’est votre premier séjour sur place, vous mourrez certainement d’envie de visiter les endroits emblématiques comme Kyôto, Tôkyô et le mont Fuji. Cependant, les responsables de la gestion du tourisme sur place font tout pour sensibiliser les voyageurs au surtourisme et son impact sur l’environnement et les populations locales.

Aujourd’hui, dans cet esprit, je voulais vous parler d’endroits moins connus au Japon et pourtant tout aussi incroyables que les “incontournables”. Et surtout, je voulais vous rassurer en vous expliquant pourquoi vous ne louperez rien si vous ne visitez pas ces fameux endroits touristiques.


Sortir des sentiers battus au Japon : c’est possible ?

Un torii rouge dans l’eau au coucher du soleil, un sanctuaire shinto sous une pluie de pétales de fleurs de cerisiers, une ruelle animée par des panneaux lumineux à perte de vue… on a tous en tête des images précises du Japon “typique” et que l’on a envie d’expérimenter par nous même.

La bonne nouvelle, c’est que ce Japon-là se trouve… vraiment partout ! 

Et oui, les paysages au Japon sont assez similaires : montagnes, mer, temples et villes se ressemblent beaucoup, et cela du nord jusqu’au sud. Nul besoin donc de jouer des coudes avec des milliers d’autres pour profiter de la beauté du pays ! Bien au contraire. 

Croyez-en l’expérience de quelqu’un vivant depuis plus de quatre ans au Japon : il existe des centaines d’endroits magiques et représentatifs de l’esthétique japonaise traditionnelle, accessibles en train ou en bus.

5 (sublimes) endroits moins connus au Japon à découvrir

C’est un top complètement subjectif, mais qui regroupe les plus beaux endroits que j’ai eu l’occasion de visiter pour mon travail ou pour mes loisirs depuis mon installation au Japon. 

Les cinq lacs de Mikata 

les lacs de Mikata sont sublimes

La région de Fukui, désormais accessible depuis Tôkyô et Kyôto, est très peu touristique et absolument magnifique. En son sein, les cinq lacs de Mikata étalent leurs splendeurs naturelles au bord de la mer du Japon. Chacun possède ses spécificités et un écosystème préservé.

C’est l’aire d’hivernage de nombreux canards et d’autres oiseaux migrateurs (aigles de mer de Steller, pygargues à queue blanche, oiseaux de proie…) et il est donc très facile de les observer pêcher dans les lacs à cette période de l’année, et pour en avoir fait l’expérience moi-même, je dois dire que c’est assez impressionnant !

Le lac Suigetsu est notamment connu à l’international, car sa topographie unique en a fait un témoin précieux pour les archéologues du monde entier. Ses couches sédimentaires sont si bien préservées qu’elles permettent aux chercheurs de déterminer des événements tels que des inondations et des tremblements de terre au cours des 30 000 dernières années !

Très connue, la Rainbow-Line (ligne arc-en-ciel) est une route qui, à son point culminant, offre une vue panoramique des cinq lacs et de la mer. Dans cette même préfecture, vous trouverez de nombreux spots à sakura magiques, en bord de rivière ou de lacs, que cela soit à Fukui ou à Ôno par exemple.

Le mont Aso

Le mont Aso, au cœur du parc naturel Aso Kujû sur l’île de Kyûshû, est sans doute l’un des lieux les plus particuliers que j’ai pu voir au Japon.

C’est une région qui ne ressemble à aucune autre et c’est pour ça qu’elle figure en très bonne place dans mon top des endroits moins connus au Japon.

Alors, il faut savoir que le mont Aso est un volcan très actif, aussi il n’est pas toujours possible d’y monter. La station thermale de Kurokawa Onsen située tout près est tout à fait représentative des autres villages d’onsen japonais avec ses ryôkan traditionnels et ses jolies petites rues et boutiques typiques.

La préfecture de Shimane 

Vous voulez profiter du Japon traditionnel ? Foncez directement dans la préfecture de Shimane ! Là-bas il y a tellement de pépites et pourtant c’est une région peu fréquentée. 

Vous y trouverez des sanctuaires et temples comme Izumo-Taisha, un jardin japonais nommé le jardin d’Adachi, un phare, un château : celui de Matsue, des onsen, des rues traditionnelles, des matsuri… c’est une région historique majeure, mais dépeuplée !

Les îles Oki, la mine d’argent d’Iwami Ginzan, classée au patrimoine mondial…En vrai il y a tellement de choses à voir et à faire à Shimane que je ne peux pas tout résumer ici. 

La shimanami kaidô

Parcourir la route de shimanami kaidô qui relie Honshû à Shikoku en vélo est sans doute mon deuxième meilleur souvenir du Japon.

Ce parcours de 72km relie Onomichi et Imabari en passant par six petites îles au-dessus de la mer de Seto. Difficile de décrire les paysages à couper le souffle qu’offrent chaque virage, mais imaginez des ponts suspendus, de petites criques aux eaux turquoise, des plages de sable blanc, de petits temples cachés… Ai-je besoin de continuer ?

Si vous n’êtes pas sportif, vous pouvez effectuer le trajet en vélo électrique, ou prendre une route similaire en bus. Mais je pense sincèrement que prendre le temps de parcourir les lieux à vitesse réduite est le meilleur moyen de s’y créer des souvenirs mémorables.

Lac Akan

Les régions Est d’Hokkaidô, été comme hiver, sont incroyablement belles. Je n’ai jamais vu autant d’animaux sauvages que là-bas, et pourtant j’ai vécu au fin fond de la Bourgogne en France. C’est incroyable !
Renards, cerfs, shima enaga (petit oiseau endémique d’Hokkaidô), écureuils… il y a également beaucoup d’ours, mais eux, je ne vous souhaite pas de les croiser.

Le lac Akan et ses alentours restent pour moi la zone naturelle que j’ai préférée de tout le Japon.
Bien sûr c’est un jugement très personnel. Vous trouverez tout de même quelques humains dans le coin, notamment des descendants des peuples Aïnous. Je vous avais parlé d’eux et de leur triste sort dans un précédent article.

Si l’histoire du Japon vous intéresse et que vous n’avez pas peur de ses côtés plus sombres, alors je vous suggère d’échanger avec eux. Et surtout, n’hésitez pas à sortir de nuit ! Alors, par -21 degrés en hiver, la tâche est un peu ardue, mais la récompense sera à hauteur de vos attentes ! Personnellement, la neige qui brille à la lumière de la lune et les myriades d’étoiles dans le ciel qui se reflètent sur le lac resteront gravées dans ma mémoire pour toujours. ✨

J’espère que ce top des endroits peu connus au Japon vous donnera envie d’explorer plus loin que l’axe Tôkyô-Kyôto. Je ne dénigre absolument pas évidemment ces deux grandes villes et comprends l’intérêt qu’elles suscitent. Malheureusement je pense que vu la gestion de plus en plus difficile du surtourisme par le Japon, nous verrons de plus en plus de mesures “anti-tourisme” dans les années à venir dans les lieux très fréquentés, comme cela commence déjà à être le cas dans le quartier de Gion ou à Fujikawaguchiko.

Pour plus de recommandations de visites en fonction des saisons japonaises et de vos goûts (visites culture-sport-nature) vous pouvez consulter mon article “Quand partir au Japon” qui vous propose plein d’autres options assez chouettes !

Isabelle VANSTEENKISTE

Isabelle est journaliste au Japon depuis plus de 4 ans. Directrice éditoriale de Lepetitjournal.com Tokyo, un média pour expatriés français, elle travaille également comme freelance pour divers médias et a publié un thriller se déroulant au Japon : Kuro Neko.

Un commentaire

  • Avatar

    Sophie MARETTE

    Je confirme pour le Mont Aso, Kurokawa Onsen and le lac Akan. Je les ai visités (4 voyages au Japon dans les années 2010) et ce sont des souvenirs incroyables. Je conseille vraiment Kyushu et Hokkaido. J’aime aller là où les autres ne vont pas. J’avais loué une voiture pour ces destinations, vraiment génial et plus facile qu’on ne pourrait penser. J’avais utilisé l’agence Inside Japan pour m’aider à organiser mes 3 premiers voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *