métier passion japon

Comment vivre de sa passion du Japon : 6 idées de métiers

« Je suis passionné(e) par le Japon et je veux exercer un métier en rapport avec ce pays… que puis-je faire ? ».

C’est une question que je me suis souvent posée lorsque j’étais adolescente et que je cherchais encore ma voie. Je reçois aussi souvent des questions de jeunes –ou moins jeunes- qui cherchent des possibilités de métier en rapport avec le Japon.

Voilà pourquoi, quand Antoine du blog Enseigner la musique m’a proposé de rejoindre son carnaval d’articles sur le thème « Vivre de l’activité de ses rêves », j’ai voulu participer afin de vous apporter 6  idées de carrières possibles quand on est passionné du Japon 🙂

1- Devenir professeur de japonais

cours de japonais à domicile professeur

Pour devenir professeur de japonais, il vous faudra bien évidemment commencer par apprendre vous-mêmes la langue japonaise. Si vous n’êtes pas natif ou que le japonais n’est pas votre langue maternelle, il n’y a que deux solutions qui s’offrent à vous afin d’atteindre un très bon niveau en peu de temps : faire une Licence de japonais à l’université, ou bien partir en école de langue privée au Japon.

Où apprendre le japonais ?

Dans le cas d’une Licence de japonais, il vous faudra être titulaire du bac et ensuite intégrer l’une des 18 universités qui préparent aux LEA ou LLCE japonais en France. L’avantage d’une licence, c’est que l’enseignement que vous recevrez sera gratuit et débouchera sur un diplôme. Les inconvénients sont que les Licences ne sont pas exclusivement centrées sur l’apprentissage de la langue car elles comportent également des cours sur l’Histoire, la société, l’économie, etc ; cela peut être perçu comme une perte de temps pour certains. Il faut également pouvoir habiter dans l’une des grandes villes qui propose ce cursus en France, et fournir des efforts constants pendant les 3 années que durent la Licence afin de valider ses examens.

Pour plus d’informations sur les Licences de japonais en France, lisez cet article du site L’Etudiant.

Dans le cas d’études directement au Japon sans passer par la case université française, vous apprendrez le japonais dans une école de langue spécialisée pour les étrangers. Les avantages sont que vous êtes immergé au Japon et que vous consacrez votre quotidien uniquement à l’apprentissage de la langue (donc progrès rapides), et si vous choisissez une école intensive vous pouvez atteindre en moins de 2 ans un niveau JLPT2 ou 1. En vivant au Japon, vous pouvez également travailler en parallèle de vos études afin de découvrir le monde du travail au Japon tout en renforçant vos connaissances de la langue et la culture nippone. Le seul gros inconvénient de cette méthode, c’est le prix ; les écoles de langue japonaises sont des établissements privés, et sont en général assez onéreuses.

Pour plus d’informations sur les écoles de langue au Japon, cliquez ici.

Comment devenir professeur de japonais ?

Que vous sortiez d’une université ou d’une école de langue privée, avec un bon niveau en japonais vous pourrez prétendre à l’enseigner de différentes manières :

  • Soit devenir vous-mêmes professeur en université, auquel cas on exigera de vous un diplôme universitaire Bac+5 ainsi qu’un excellent niveau en japonais (JLPT1). Les postes sont rares car peu d’universités proposent ce cursus en France.
  • Soit devenir professeur de japonais en collège ou lycée ; depuis 2016 il est possible de passer le CAPES de japonais. A noter qu’en 2020, seuls 3 postes étaient à pourvoir dans l’Education Nationale dans la filière japonais. La concurrence est donc très rude !
  • Soit devenir professeur particulier de japonais à votre compte. C’est ce que j’ai fait pendant 6 ans afin de vivre de ma passion d’enseignement du japonais, tout en restant dans ma région. En donnant des cours particuliers à domicile et par Skype, j’ai pu accompagner 60 élèves dans leur apprentissage de cette langue chère à mon cœur, et quel bonheur de les voir s’épanouir et suivre leur propre voie grâce à ce qu’ils ont appris avec moi ! J Pour devenir professeur particulier de japonais, il suffit de créer sa micro-entreprise et vous serez considéré comme profession libérale. Vous n’aurez pas besoin de diplôme spécifique ; ce sera à vous de faire vos preuves, et c’est la qualité de votre enseignement qui vous fera parler de vous.

Il est également possible de devenir professeur de japonais dans des structures indépendantes telles que des cours du soir, centres de formation ou autre.

2- Devenir traducteur ou interprète en japonais

dictionnaire français anglais japonais traducteur

Un autre métier qui fait rêver les passionnés de japonais, c’est de devenir traducteur ou interprète. Pour ces métiers, on exigera de vous un excellent niveau de japonais et souvent une ou deux autres langues, notamment l’anglais.

Tout comme pour les professeurs de japonais, vous pourrez travailler en tant que libéral (traducteur à votre compte), ou bien vous faire engager dans une entreprise qui aura besoin de vos services. Cela peut être en France dans une société qui travaille avec des clients Japonais par exemple, ou qui a besoin de faire traduire des livres, sites internet, applications, ou tout autre support à visée internationale. Vous pouvez également décrocher un emploi au Japon et traduire des ouvrages français en japonais, ou devenir interprète pour des clients étrangers visitant le Japon.

Dans tous les cas, un diplôme universitaire et un JLPT1 vous seront quasiment systématiquement demandés.

Vous pouvez retrouver le témoignage d’une traductrice Française installée à Tokyo sur le blog de Vivre à Tokyo.

3- Travailler dans le tourisme avec des Japonais

travailler métier tourisme japon japonais

Avant de me lancer dans les cours de japonais, mon objectif de vie était de travailler dans le tourisme avec des Japonais. C’est pourquoi, après avoir appris la langue japonaise à l’université puis directement au Japon en école de langue, je suis revenue en France pour passer un BTS Tourisme et une Licence Evénementiel.

Mon objectif à cette époque était de devenir guide touristique spécialisée dans la clientèle japonaise, et/ou de travailler avec des artistes japonais en Europe. C’est pour cela que j’avais suivi ce parcours scolaire assez atypique.

Néanmoins, je me suis vite rendue compte que si je voulais vraiment travailler dans les domaines du tourisme et/ou de l’événementiel, il fallait absolument que j’habite dans une grande ville, de préférence Paris. En effet, tous les postes intéressants qui m’étaient proposés étaient toujours en région parisienne, ou parfois dans les autres agglomérations comme Lyon ou Genève. Et c’est tout à fait logique : les activités touristiques et événementielles internationales ont toujours lieu dans les grandes villes, et trouver un poste stable dans ce milieu tout en habitant en Province s’est avéré être impossible.

Par choix personnel, j’ai préféré rester vivre à la campagne, quitte à devoir dire adieu à mes ambitions professionnelles. C’est pour cela que je me suis tournée vers l’enseignement du japonais (et je ne le regrette pas une seconde !).

4- Travailler dans le commerce avec le Japon

métier japon commerce international

Si votre projet est de travailler dans le domaine du commerce avec le Japon, une école de commerce ou une Licence LEA anglais-japonais sera probablement le meilleur chemin à suivre.

Un très bon niveau d’anglais vous sera demandé car c’est désormais la langue internationale par excellence. Si vous parlez également japonais, cela peut faire une différence en votre faveur sur votre CV, d’autant plus si vous cherchez un poste dans une entreprise japonaise.

5- Devenir mangaka au Japon, c’est possible ?

métier mangaka japon

Il y a déjà tout un article consacré au métier de mangaka sur mon blog, et ce n’est pas une profession facile d’accès car en plus de devoir maîtriser les subtilités de la langue japonaise, vous devrez également être très bon dessinateur, être original dans vos créations et enfin décrocher un contrat avec une maison d’édition, ce qui est loin d’être une tâche facile.

Quelques étrangers ont tout de même percé dans le milieu, comme ces 5 exemples.

Il est plus aisé de devenir assistant de dessin pour un mangaka déjà établi.

Je vous recommande le livre « Le japonais du manga » pour mieux comprendre la mentalité de ce métier si particulier, et acquérir des connaissances en terme de vocabulaire qui vous seront alors indispensables.

6- Travailler au Japon dans n’importe quel domaine

comment partir travailler au japon

Aucun des secteurs de métier ci-dessus ne vous séduit ? Ou alors vous savez pertinemment que vous voulez habiter au Japon, mais vous n’avez pas encore d’idée de quelle profession y exercer ?

Les chemins qu’il est possible d’emprunter sont infinis ; entre les personnes qui intègrent une entreprise en France et qui sont envoyées pour travailler au Japon, celles qui se marient avec un(e) Japonais(e) et trouvent ensuite un travail là-bas, ou celles qui partent pour quelques mois et ne rentrent jamais, il y a autant de situations différentes que d’individus.

En imaginant que vous avez moins de 31 ans, la situation idéale serait de décrocher un visa vacances-travail afin de passer 1 an sur place, le temps de décrocher un emploi et de vous établir une situation là-bas. Pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous recommande chaleureusement d’étudier le plus possible le japonais avant de partir, au minimum JLPT5, dans l’idéal JLPT3.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre, j’ai créé une formation en ligne pour vous accompagner du niveau zéro jusqu’à un niveau JLPT5 validé. Tout est expliqué ici ! 🙂

Il est également possible d’intégrer une entreprise nippone en ne parlant pas du tout japonais, du moment que vous maitrisez l’anglais. C’est le cas d’un de mes élèves qui a été embauché dans une grande société nippone sans parler un mot de japonais. Il travaille dans l’industrie hydraulique depuis la France, mais se rend plusieurs fois par an en voyage d’affaires au Japon dans son entreprise mère. Il a rapidement souhaité apprendre la langue afin de mieux profiter de ses voyages là-bas, mais aurait pu s’en passer dans le cadre de son travail.

Bien évidemment, il existe une multitude d’autres possibilités que je ne pourrai pas évoquer dans cet article car en fonction de votre situation personnelle, professionnelle et financière, votre chemin ne sera pas le même que celui de votre voisin 😉

J’espère que cet article vous aura apporté de nouvelles connaissances sur ce qu’il est possible d’accomplir quand on est passionné de la langue japonaise et qu’on souhaite en vivre.

J’aimerais beaucoup que vous me partagiez votre parcours dans les commentaires sous cet article, et peut-être que votre témoignage pourra inspirer d’autres lecteurs, qui sait ? 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 44
    Partages

3 commentaires

  • ingrid

    Super article très intéressant, merci !
    Moi je tente de développer ma petite entreprise de couture à travers l’activité de mon mari qui est senseï d’aïkido. En ce moment, je tente d’apprendre à coudre un hakama avec des videos en japonais.
    J’ai aussi quelques contacts au Japon mais il semble difficile de trouver une école pour apprendre à coudre les kimonos de façon traditionnelle. En tout cas, c’est ma toute petite façon à moi de travailler avec le Japon ^^.
    Ingrid

  • Annabelle Jrd

    Hello !
    Super article, je te découvre depuis tout récemment et je te félicite pour ton super parcours !
    J’ai fait une licence LEA Anglais Japonais et un Master Communication Anglais Japonais.
    Je n’ai pas eu la chance d’être accepté par mon école au Japon en année d’échange et depuis j’ai beaucoup de mal à trouver un emploi en rapport avec le japonais. Mon niveau se détériore avec les années. J’ai tenté de me préparer à passer le JLPT3 en même temps que je m’adaptais à un nouvel emploi sur Paris en période d’essai : j’ai échoué. J’ai tenté plusieurs écoles de langue, programme JET, VIE et autres : sans succès. Pas heureuse dans mon travail, ce n’est que depuis quelques mois que j’ai fait la démarche de partir au Japon en PVT. Je cherche encore ma voie, mais souhaite m’épanouir dans ma carrière au Japon et réussir à être fière de moi et de ce que j’ai accompli. Merci pour ce que tu fait et pour croire en nous. C’est très pédagogue et trop peu de professeurs sont comme ça.

    • Sophie - Cours de Japonais

      Salut Annabelle !
      Merci pour ton commentaire, il m’a beaucoup touchée car je me retrouve dans ton parcours ; en rentrant du Japon en 2010, j’ai passé 3 ans en France sans pratiquer la langue et je sentais que j’avais beaucoup perdu. Mais mon niveau d’antan est revenu après quelques mois de révisions, et j’ai pu encore plus progresser par la suite.
      Je te souhaite de trouver la voie qui te conviendra et dans laquelle tu pourras t’épanouir.
      Très belle continuation à toi, au plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Voudriez-vous recevoir mon guide pour débutants "Japonais : par où commencer ?" :)