fbpx
la parade imaginaire du Nouvel an chinois au Japon

Les quartiers chinois au Japon

Ce dimanche 22 janvier 2023, les communautés chinoises du monde entier fêtent le début officiel de l’année du lapin ! 🐰 Le week-end du Nouvel An chinois, familles et amis se réunissent en effet pour célébrer l’évènement comme il se doit (parades, dîners, feux d’artifices…). Si vous connaissez le quartier chinois de Paris, vous vous demandez peut peut être s’il existe des quartiers chinois au Japon et si oui, a quoi ils ressemblent ?
Justement, pour fêter le Nouvel An chinois, je vous propose cette semaine de vous faire découvrir les quartiers chinois les plus célèbres du Japon. C’est parti !

l'année du lapin, Nouvel an chinois fêté le 22 janvier 2023


Un peu de Chine au Japon

Vous le savez surement déjà, mais le Japon et la Chine ont une longue histoire commune. Leurs liens sont multiples, aussi bien culturels que politiques et économiques. Parmi les importations culturelles désormais bien intégrées dans le Pays du Soleil Levant, on peut noter par exemple le système d’écriture des kanji ou encore le bouddhisme.

Au fil des siècles, les relations diplomatiques entre les deux pays ont malheureusement souffert de diverses crises et guerres. Encore aujourd’hui, la population chinoise vivant au Japon subit certaines discriminations (comme la population coréenne). Malgré tout, leurs relations économiques restent très fortes.

Le Japon accueille plus de 700 000 expatriés Chinois, regroupés principalement entre la région de Tôkyô et celle d’Ôsaka. C’est donc normal d’y trouver les plus gros quartiers chinois du Japon.

Les quartiers chinois au Japon : ça ressemble à quoi ?

On compte 3 quartiers chinois ou « China Town » importants au Japon, tous les trois situés dans différentes villes : à Yokohama, à Kôbe et à Nagasaki. En japonais, ces quartiers sont nommés 中華街 (chûkagai).

À l’origine, ces lieux étaient de simples quartiers résidentiels regroupant de grosses communautés de marchands chinois, installés autour des ports de commerce pour des raisons pratiques évidentes.

Aujourd’hui, si certains expatriés Chinois y vivent encore, les chûkagai sont plutôt des lieux touristiques à l’atmosphère de parc d’attractions. On y trouve une architecture « traditionnelle » chinoise, des restaurants, diverses boutiques de produits importés de Chine, etc. 

Vous le savez, en France, les restaurants chinois et japonais s’adaptent aux goûts culinaires français. Et bien au Japon, les quartiers chinois sont construits pour répondre aux goûts des Japonais. Cela peut sembler évident, mais rappelons qu’ils ne reflètent qu’une vision « exotique » de la Chine. Il est cependant très agréable de s’y promener et d’y goûter diverses spécialités asiatiques.

 C’est aussi un endroit à visiter lors des célébrations de la nouvelle année et autres festivals ! 😉

Le quartier chinois de Yokohama

Le port de Yokohama a été l’un des premiers ports japonais à s’ouvrir au commerce extérieur, c’est donc tout naturellement qu’il est devenu le QG des commerçants chinois venus faire des affaires depuis le continent. Les années ont passées et le quartier chinois de Yokohama (横浜中華街 – Yokohama Chûkagai), situé non loin de la baie, est devenu le plus grand quartier chinois du Japon. Il est caractérisé par quatre gigantesques portes colorées qui délimitent le secteur et par son temple, le Kanteibyô (関帝廟), situé au centre du quartier. Celui-ci est dédié au dieu du pouvoir, de la loyauté, mais aussi des affaires (quoi de plus normal pour des marchands).

Ses rues étroites et chaleureuses sont parsemées d’autres portes plus petites (une dizaine) ainsi que de nombreuses boutiques de souvenirs, restaurants, cafés, stands de vente de bubble tea… c’est l’endroit idéal pour flâner le week-end lorsqu’il fait beau.

porte imposante du quartier chinois de Yokohama
Quartier chinois de Yokohama


Le quartier chinois de Nagasaki

Pendant la période isolationniste du Japon, les commerçants chinois et hollandais étaient les seuls autorisés à faire des affaires depuis le port de Nagasaki qui est alors progressivement devenu l’un des ports les plus importants du pays.

Le quartier chinois de Nagasaki Shinchi (長崎新地中華街, Nagasaki Shinchi Chûkagai) est le plus ancien quartier chinois du Japon. Lui aussi abrite boutiques et restaurants. Il est particulièrement connu pour son plat d’influence chinoise et typique de Nagasaki : le sara udon (皿うどん). Cependant, il s’agit du plus petit et du moins impressionnant des trois quartiers chinois japonais. On ne vous conseille donc pas de faire un détour pour le voir si vous n’avez rien d’autre de prévu dans le coin !

Pendant le Nouvel An chinois, en revanche, Nagasaki Shinchi Chûkagai se transforme ! Des milliers de lanternes de différentes formes et couleurs sont accrochées dans les rues, offrant un spectacle magique à la nuit tombée. 

rue imaginaire pendant la fête des lanternes à Nagasaki



Le quartier chinois de Kôbe

Le quartier chinois de Kôbe est nommé Nankin Machi (南京町) en hommage à l’ancienne capitale chinoise « Nanjing ». C’est un petit centre névralgique qui accueille la communauté chinoise du Kansai et qui s’est développé grâce aux marchands installés près du port de Kôbe.

Aujourd’hui, l’endroit compte plus d’une centaine de restaurants et de magasins chinois, ainsi qu’un temple. Il ressemble beaucoup au quartier chinois de Yokohama, mais se distingue cependant en proposant des produits et une cuisine originaire du sud-est de la Chine (provinces de Fujian et Guangdong). On peut même y acheter des souvenirs spécifiques de cette région !

place du quartier chinois de Kobe
Place du quartier chinois de Kôbe



Si vous venez visiter le Japon et que vous êtes de passage à Tôkyô, sachez que le quartier chinois de Yokohama est vraiment facilement accessible. En train, depuis « Tokyo Station », il vous faudra moins de 45 minutes pour rejoindre le chûkagai (descendez à la station Ishikawachô).
C’est une belle façon de découvrir les alentours de la capitale ! D’ailleurs, si vous cherchez des quartiers insolites à visiter, je vous conseille mon article sur les quartiers de Tôkyô, il vous réserve quelques surprises.

Ah, et si cela vous tente, je vous ferai volontiers un article sur le quartier coréen de Tôkyô ! Faites-le moi savoir en commentaire. ⤵️

Isabelle VANSTEENKISTE

Isabelle est journaliste au Japon depuis plus de 4 ans. Directrice éditoriale de Lepetitjournal.com Tokyo, un média pour expatriés français, elle travaille également comme freelance pour divers médias et a publié un thriller se déroulant au Japon : Kuro Neko.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *