Etudier au Japon

Comment partir étudier au Japon ?

Partir étudier au Japon est un magnifique projet, et pour beaucoup c’est le rêve d’une vie. Cependant, pour ne pas que celui-ci tourne au cauchemar, autant bien se préparer à l’avance !

Dans cet article, je vous propose de répondre aux 4 questions essentielles que tout futur étudiant devrait se poser avant de partir au Japon :

Combien de temps étudier ?
Comment choisir son école ?
Quel visa choisir ?
Quel logement choisir ?

Dans cet article nous n’aborderons que le cas des écoles privées de langue au Japon. Ces écoles ont l’avantage d’être ouvertes aux élèves de tout âge et de toute nationalité.

① Partir étudier au Japon : combien de temps ?

La première chose à définir est la durée de vos études ; celle-ci va bien entendu dépendre de plusieurs facteurs, principalement : combien de temps pouvez-vous vous permettre de quitter vos occupations en France, quels sont vos objectifs et bien entendu quel est votre budget ?

Combien de temps pouvez-vous quitter vos occupations en France ?

Combien de temps pouvez-vous quitter vos obligations en France ?

Si vous êtes étudiant, vous pouvez facilement envisager de prendre une année sabbatique pour partir étudier au Japon. En revanche si vous êtes salarié, c’est évidemment un peu plus compliqué. Si vous êtes dans ce cas, tout n’est pas perdu ! Il existe plusieurs solutions :

  • Envisager un séjour court de 3 ou 4 semaines en écoles de langue au Japon pendant vos vacances. Il s’agit là d’un compromis qui peut vous permettre d’accomplir votre rêve d’étudier au Japon sans pour autant mettre en péril votre carrière professionnelle.
  • Opter pour un congé sabbatique ou congé sans-solde. Dans la plupart des entreprises, cette solution est envisageable si vous avez déjà une certaine ancienneté. Il est important de savoir que le congé sabbatique est règlementé dans le code du travail en France alors que ce n’est pas le cas du congé sans solde. Si vous considérez cette option, le mieux est de vous renseigner le plus tôt possible auprès du service Ressources Humaines de votre entreprise afin de vous assurer que vous êtes éligible pour un congé sabbatique.

Cette solution a pour avantage de vous permettre de partir l’esprit tranquille, sachant qu’à votre retour vous retrouverez votre travail tel que vous l’aviez quitté.

C’est celle que j’avais choisi en 2018 pour mes 6 mois au Japon. Etant à l’époque salarié dans une entreprise suisse depuis 9 ans, j’avais fait la demande d’un congé sans solde de 6 mois. Afin de mettre toutes les chances de mon côté, j’avais informé mon manager 2 ans à l’avance et fait une demande officielle au service des ressources humaines 1 an avant la date envisagée de mon départ. A mon retour, j’ai retrouvé ma place et mon PC sur mon bureau comme si je n’étais pas parti (ce qui d’ailleurs était assez perturbant 😉).

Quels sont vos objectifs ?

Objectifs en japonais

Note : dans la suite de cet article, je vais beaucoup parler des niveau JLPT. Si cela ne vous parle pas, je vous invite à consulter cette page qui vous expliquera tout dans le détail 😉.

Idéalement, la durée de votre séjour doit être réaliste par rapport à vos objectifs. La première chose à faire est donc d’avoir une idée claire de ce que vous voulez retirer de vos études au Japon.

Si vous souhaitez simplement profiter d’une expérience d’étude au Japon et donner un petit coup de boost à votre apprentissage du japonais, 3 ou 4 semaines en école de langue au Japon pendant l’été est une solution idéale. En revanche ne vous attendez pas à atteindre un niveau JLPT2 après 1 mois si vous partez au Japon avec un niveau débutant.

Si vous voulez vraiment progresser dans la langue japonaise et passer d’un niveau JLPT au niveau du dessus, vous allez devoir envisager un séjour long.

Pour simplifier, on considère qu’en moyenne il faut 6 mois en école de langue pour passer un palier du JLPT. Par exemple, pour passer d’un niveau JLPT5 au fameux JLPT2, permettant de travailler dans une entreprise au Japon ou d’étudier dans une université japonaise, il vous faudra théoriquement 1 an et demi d’études en école de langue au Japon.

Si vous ne pouvez-vous permettre que de rester 6 mois au Japon, comme c’était mon cas, il faut que vous soyez réaliste au sujet de ce que cela vous permettra d’accomplir. Le mieux est aussi de pratiquer au maximum avant votre séjour pour optimiser votre temps au Japon. De mon coté, j’ai voulu m’assurer de valider le JLPT4 avant de partir au Japon, afin de garantir que je rentrerais en France 6 mois plus tard avec un niveau suffisant pour valider le JLPT3.

Quel est votre budget ?

Quel budget pour étudier au Japon

Nous aborderons plus en détail ce point dans la partie relative aux prérequis pour les visas, mais il est important de bien préparer votre budget à l’avance.

Le Japon est un pays au niveau de vie élevé, comparable à la France. De plus en fonction des villes, le coût de la vie sera bien entendu très différent. Si vous voulez à tout prix étudier à Tôkyô, votre budget devra être plus élevé que si vous désirez étudier dans une petite ville japonaise.

Si vous envisagez un séjour long, je vous conseille d’avoir au moins de coté 1500€ par mois que vous souhaitez passer au Japon pour vivre confortablement et profiter d’un peu de loisirs. Vous pouvez bien entendu tenter d’arrondir vos fins de mois en trouvant un petit travail sur place, cependant cette ressource restera assez limitée et risque en plus d’empiéter sur votre temps disponible pour réviser après les cours.

Partir étudier au Japon : comment choisir son école ?

Passer par un prestataire

La solution la plus simple pour trouver une école de langue au Japon est de passer par un prestataire tel que Dokodemo (si vous les contactez, merci de dire que vous venez de ma part ! 😉).

Ces prestataires sont partenaires avec plusieurs écoles aux Japon et vous aideront dans les démarches d’inscription ainsi que pour trouver un logement. Leurs services sont gratuits pour vous car ils sont directement rémunérés par les écoles de langues.

Vous pouvez également chercher par vous-même une école, mais il est probable que si celle que vous choisissez a un partenaire francophone, elle vous renvoie au final vers ce dernier.

Choisir une école en fonction de son intensité

Ecole intensive au Japon

Il est important de savoir que l’intensité du programme proposé par chaque école de langue est très variable. Certaines écoles, comme l’école KICL à Kyôto, sont réputées pour leur programme intensif. Ce qui veut dire qu’en plus de proposer plus d’heures de cours que la plupart des autres écoles, vous allez devoir travailler énormément en dehors des cours si vous voulez suivre le rythme (en moyenne 3 heures de révisions par jour).

D’autres écoles sont plus légères dans leur programme et ne nécessitent qu’une petite heure de révisions après les cours.

En fonction de votre projet, vous devez bien choisir l’intensité de votre école. Si vous voulez progresser à tout prix en japonais et que limiter vos activités en dehors des cours n’est pas un souci pour vous, alors le mieux est vous tourner vers une école intensive. Par contre si vous souhaitez profiter de vos 6 mois au Japon pour étudier mais aussi voyager et vous amuser un max en dehors des cours, vous devriez opter pour une école moins intensive.

La plupart des prestataires indiquent l’intensité de chacune de leurs écoles sur leur site.

Choisir une école en fonction de sa localisation

Choisir une école en fonction de sa localisation

Pour certaines personnes, la localisation de l’école est primordiale. C’était notamment mon cas, je voulais absolument étudier à Kyôto. D’autres personnes rêvent d’étudier à Okinawa ou à Tôkyô.

Bien se renseigner à l’avance sur la ville ou les villes où vous souhaiteriez étudier est très important. Si vous rêvez de profiter de vos temps libres pour vous amuser et visiter, envisagez d’étudier dans une grande ville comme Ôsaka ou Tôkyô. Si vous choisissez une petite ville vous risquez vite de tourner en rond et vous sentir frustré.

A l’inverse, si vous voulez vraiment vous focaliser sur vos études en limitant les dépenses, une petite ville peut être une bonne option pour vous 😉

J’ai notamment une très bonne amie Française qui a passé 1 an d’études à Niigata dans le Nord du Japon, et qui ne veut y retourner pour rien au monde tellement elle s’y est ennuyée ! Tandis que Béné a tellement adoré Fukuoka qu’elle y vit désormais depuis bientôt 10 ans… chacun ses goûts !

③ Partir étudier au Japon : quel visa ?

Attention, les informations contenues dans cet article sont valables à la date de sa publication (janvier 2021) mais je ne rentrerai pas dans le détail des exigences et restrictions spécifiques liées au Covid-19. Ces informations sont susceptibles de changer avec le temps et je vous conseille donc de les vérifier régulièrement sur le site de l’ambassade du Japon.

En fonction de votre projet, voici les options que vous aurez concernant le visa :

Séjours temporaires inférieurs à 90 jours

Passeport pour séjour de moins de 90 jours au Japon

Si la durée totale de votre séjour au Japon est inférieure à 90 jours, vous n’avez pas besoin de visa. Ainsi si vous souhaitez partir étudier 1 mois en école de langue au Japon pendant les vacances d’été, vous pourrez vous rendre sur place sans avoir besoin d’un visa. Vous devrez cependant avoir un passeport valide.

En revanche si votre séjour dure plus de 3 mois, vous allez devoir opter pour un visa étudiant.

Visa étudiant

Visa étudiant

Il s’agit du visa que vous devrez obtenir pour tout séjour d’études de plus de 3 mois au Japon. Si vous passez par un prestataire pour choisir votre école, ce dernier vous aidera à remplir le dossier nécessaire à l’immigration.

Je vous renvoie à ce sujet sur l’article détaillé de Dokodemo concernant le visa étudiant qui explique notamment la procédure d’obtention de ce visa et les conditions nécessaires pour l’obtenir.

A noter que nous avons reçu des informations récentes laissant entendre que l’immigration japonaise demanderait à l’avenir un certificat attestant d’avoir déjà étudié 150 heures la langue japonaise pour pouvoir délivrer le visa étudiant. Dans le cadre de notre formation en ligne OBJECTIF JAPON, nous pourrons délivrer ce certificat aux étudiant ayant prouvé qu’ils avaient appliqué entièrement la formation.

Visa vacance-travail, une solution ?

VIsa vacance travail

Au cours des dernières années, de nombreux étudiants sont partis étudier au Japon en séjour long via le visa vacance-travail (PVT). Cependant il faut faire attention car ce visa ne permet normalement pas d’étudier au Japon. Comme l’indique l’Ambassade, ce visa permet de faire du tourisme et de travailler au Japon, mais pas d’étudier.

Jusque récemment, le service de l’immigration japonaise tolérait de passer une partie de son année en école de japonais tout en utilisant ce visa, ce qui expliquait pourquoi de nombreuses personnes partaient étudier avec le PVT.

Cependant, cela a changé avec la crise sanitaire liée au Covid-19. En effet, étant donné que seuls les étudiants étaient autorisés de séjour au Japon, le service de l’immigration a demandé aux écoles de langues de fournir un certificat pour prouver que les demandeurs de visa allaient bien au Japon pour étudier. A ce moment, de nombreux futurs étudiants qui avaient fait une demande de visa vacance-travail se sont retrouvés coincés. En effet, ils ont voulu présenter ce certificat de leur école de langue pour appuyer leur demande de visa vacance-travail, ce à quoi l’immigration a répondu que ce n’était pas possible car ce visa n’est pas fait pour étudier au Japon !

Partir étudier au Japon : quel logement ?

Il existe globalement 4 solutions pour se loger au Japon dans le cadre de votre séjour linguistique :

Hôtel ou AirBnB

Cette solution n’est bien entendu à considérer que dans le cadre d’un séjour court de moins d’un mois, étant la plus chère de toutes. Cependant elle a au moins l’avantage d’être flexible car vous pouvez en changer facilement en fonction de vos besoins.

Trouver un appartement

appartement au Japon

Cette solution est la plus confortable si vous souhaitez avoir votre propre intimité et un espace bien à vous. Certaines écoles de langue sont partenaires avec des entreprises proposant des logements étudiants, ce qui facilitera votre recherche. Si vous passez par un prestataire comme Dokodemo pour votre inscription en école, celui-ci vous aidera également à trouver un logement.


Vous pouvez aussi bien entendu chercher un appartement par vous-même, mais dans ce cas il vaut mieux passer par des entreprises spécialisées dans les logements pour étrangers tels que Sakura-house ou Kyoto-appartement. Contrairement à la plupart des agences immobilières au Japon, ces entreprises ont l’avantage de ne pas demander de garants au Japon. De plus, la plupart ne demandent également pas de « key money », une somme généralement assez élevée offerte au propriétaire de l’appartement en signe de remerciement et non-remboursée quand on quitte l’appartement.

Les guest houses

Guesthouse

Moins chères que les appartements et idéales pour se faire de nouveaux amis, les guest houses sont une solution à ne pas négliger. En général vous disposez d’une chambre privée et le reste de la maison ou appartement est partagé avec les autres locataires.

Comme pour les appartements, les écoles proposent souvent des guest houses avec lesquelles elles sont partenaires. De même, les sites tels Sakura-house ou Kyoto-appartement proposent également des guest houses.

Les familles d’accueil

Famille au Japon

La solution idéale si vous voulez vous immerger à fond dans le japonais : vous aurez l’occasion de pratiquer tous les jours avec votre famille d’accueil !

Dans de nombreux cas, les familles d’accueil vous traiteront comme leur propre enfant. Elles vous emmèneront en visite, prendront soins de vous…

Cependant cette solution n’est pas forcément la moins chère et nécessite également de se plier aux règles plus ou moins strictes de votre famille d’accueil. J’ai par exemple le souvenir d’une étudiante à l’école KICL de Kyôto dont la famille d’accueil lui imposait de manger tous les soirs avec eux et lui avait interdit de sortir après le diner ! Pas super si vous aviez prévu d’aller tous les soirs exploser les scores au Game Center du quartier 😉

Il existe également des cas de familles d’accueil qui font cela uniquement pour l’argent et ne s’occupent pas forcément bien de leurs pensionnaires. Normalement si vous passez par une famille d’accueil recommandée par une école de langue, cela ne devrait pas arriver. En revanche si vous cherchez une famille d’accueil par vous-même, faites quand même attention.

J’espère que cet article aura répondu aux interrogations principales que vous vous posiez sur comment partir étudier au Japon. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaires ci-dessous !

En complément, nous vous recommandons la lecture du livre “Etudier au Japon pour les nuls” écrit par Angélique Mariet.

Article écrit par Greg

Partager l'article :
  • 37
    Partages

4 commentaires

  • Jeanne Ferrer

    Merci pour tous ces conseils . Pour moi je pense séjourner 3 mois est ce assez .? Pour l’instant je suis un cours de puis septembre de 2 h par semaine . Je m ‘exerce aussi grâ ce à vous . J’attend un peu et je pense m’inscrire “officiellement ” à vos formations . Merci pur tout . Je suis agée de 63 ans . Il n’y a pas d’âge pour bien s’instruire .

  • Marion

    Bonsoir,
    Tout d’abord merci pour cet article hyper détaillé, avec mon copain partir pour étudier le japonais est un de nos objectifs dès que la période de Covid se sera un peu apaisée et le permettra.
    Dans la partie sur les différents visas pour venir au Japon, vous mentionnez qu’à l’avenir pour les visas étudiants il serait demandé de justifier d’au moins 150 heures de formation dans la langue poir obtenir un visa.
    Est-ce que cela veut dire que si on est de vrais débutants, avec une simple notion des hiraganas et katakanas, il ne sera pas possible d’aller étudier au japon pour une durée de 6 mois ?

    Merci par avance 😊
    Marion

    • Sophie - Cours de Japonais

      Pour le moment ce n’est pas encore officialisé, mais certaines écoles de langue le demandent déjà. Il faudra donc pouvoir obtenir un certificat (de la part d’une école, d’une formation en ligne ou d’un professeur particulier) stipulant que l’élève a étudié le japonais pendant 150h, ce qui est assez énorme. Pour moi cela va bien au-delà de l’apprentissage des kana, et surtout ce n’est pas possible d’obtenir un tel certificat en étant autodidacte (donc sans structure officielle pour attester de nos progrès). A voir comment ça évoluera à l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *