Japon torii

10 mots japonais intraduisibles en français

En japonais comme dans toutes les langues, il existe des mots qui n’ont pas d’équivalent en français et ne peuvent donc pas être traduits exactement. J’en avais déjà évoqué quelques-uns dans un précédent article, comme les expressions « yoroshiku », « otsukare sama » ou encore « itadakimasu » (qui ne veut pas dire bon appétit !). Il s’agit souvent de notions qui n’existent pas dans notre langue, tout simplement car ce sont des sentiments ou concepts que nous n’exprimons jamais et qui n’ont pas lieu d’être dans notre culture.

Dans le cadre du carnaval d’articles que j’organise avec Maya du blog Apprendre le coréen, je vous propose aujourd’hui une sélection de 10 mots ou expressions intraduisibles en français, mais tellement poétiques… ! 😊

1) 言霊・ことだま (Kotodama)

Mots japonais kanji shinto

Commençons d’emblée par mon mot préféré en japonais : kotodama. Il signifie « l’âme des mots », ou encore « les mots-âmes » ou « paroles sacrées ». Ce concept vient de la religion shintô dans laquelle on affirme que chaque syllabe est sacrée. En les récitant dans un certain ordre, on peut révéler un pouvoir sacré. Cela se rapproche des mantra bouddhiques.

Si vous faites de l’aïkidô, vous connaissez probablement cette notion car dans cet art martial, chaque mouvement est accompagné d’un son sacré : le kotodama.

Le kotodama est donc l’essence même des mots, ainsi que le pouvoir spirituel accordé à la langue japonaise. Je trouve ce concept magnifique et depuis que je l’ai découvert, mon amour pour cette langue s’est encore renforcé car je visualise chaque mot comme ayant sa propre âme.

(Merci Kagrra, pour cette découverte ♥)

2) 侘寂・わびさび (Wabi sabi)

Wabi sabi

Pourquoi est-ce que les jardins zen et les bonsaï ont autant la cote ? Car ils symbolisent le cœur  même du wabi sabi. Le premier kanji 侘 (wabi) signifie « la beauté que l’on trouve dans la simplicité et la sobriété » , tandis que le second kanji (sabi) représente « le sentiment de paix qui émane des choses anciennes », ainsi que la simplicité raffinée.

Les deux réunis désignent un concept esthétique dérivé du bouddhisme zen, prônant la simplicité et l’élégance. Il s’agit de reconnaître la beauté dans les choses anciennes, modestes et imparfaites.

Tout ça contenu en un seul mot, c’est aussi ça la magie du japonais 😊

3) 浮世・うきよ (Ukiyo)

Utagawa Toyoharu – A Winter Party

Ce terme signifie littéralement « monde flottant ». Il désigne l’univers dans lequel évoluaient les Japonais de l’époque Edo, et fait particulièrement référence à la recherche des plaisirs (bordels, théâtres, salons de thé).

C’est un mot que vous êtes susceptibles de rencontrer si vous vous intéressez aux estampes japonaises, appelées 浮世絵 (うきよえ) (ukiyoe), c’est-à-dire « images du monde flottant ». En effet, la majorité de ces œuvres représentent des scènes de vie liées aux plaisirs évoqués plus haut, notamment les bains publics, les samuraï, le kabuki, le sumô, ou encore les geisha (qui, je le rappelle, ne sont pas des prostituées 😉 ).

4) 生き甲斐・いきがい (Ikigai)

ikigai

Si vous vous intéressez un tant soit peu au développement personnel, vous avez sûrement déjà entendu parler de l’ikigai. On peut le traduire par « raison d’être » ou « joie de vivre », mais en réalité la signification japonaise est encore plus puissante : ce mot désigne ce qui mérite d’être vécu dans la vie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  25 mots indispensables pour fêter Halloween en japonais !

Comme on le dit à Okinawa, l’ikigai est ce qui nous pousse à nous lever le matin.

Pour trouver votre ikigai, il faudra allier les 4 principes que sont la passion, la vocation, la mission et la profession. En combinant les 4, vous trouverez alors votre raison de vivre, et vous pourrez vous épanouir pleinement 😊

Si le sujet vous intéresse, de nombreux livres comme celui-ci ont été édités en français à ce sujet.

5) 木漏れ日・こもれび (Komorebi)

komorebi

Quand on parle de mots japonais intraduisibles dans les autres langues, en général on évoque toujours celui-ci. Komorebi est de loin d’un des plus poétiques de cette liste : il s’agit en effet de la lumière du soleil filtrée à travers les arbres.

Magnifique non ? 😊

6) 物の哀れ・もののあわれ (Mono no aware)

cerisiers en fleurs

Littéralement, cette expression signifie « la pitié/tristesse des choses ».

La culture japonaise est bercée par la notion d’impermanence, et la place au cœur de tout. Quand un pays est aussi exposé aux catastrophes naturelles que le Japon, il est impossible d’imaginer que tout est éternel et ne changera jamais.

Pourquoi les célèbres cerisiers nippons sont autant appréciés ? Car leur floraison ne dure que quelques jours à peine. De même que les plus grands mets sont périssables, la beauté est éphémère et finira par se faner tôt ou tard.

« Mono no aware » est là pour nous rappeler qu’il est important d’apprécier la fugacité de la splendeur des choses car elles finiront un jour par disparaître.

7) 積ん読・つんどく (Tsundoku)

Pile de livres qui s’accumulent dans le but d’être lus un jour.

Voici un mot à l’origine rigolote ; ce terme est apparu durant l’ère Meiji et vient de l’argot. Au départ, il s’agissait de l’expression 積んでおく(tsunde oku) qui veut dire « empiler dans un but futur d’utilisation ». Cette expression a été fusionnée avec le kanji (doku) qui désigne la lecture. C’est devenu un mot-valise pour dire « lecture empilée dans un but futur d’utilisation ».

Personnellement je pratique le tsundoku depuis toujours… Et vous ? 😉

8) 懐かしい・なつかしい (Natsukashii)

Voilà l’un des mots dont les Japonais abusent le plus ! Le natsukashii nippon, c’est un peu notre madeleine de Proust française.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Combien de kanji faut-il connaître en japonais ?

Et non, ce mot ne veut pas dire nostalgique. Car si l’on regarde la définition de la nostalgie en français, on s’aperçoit que « c’est une tristesse liée à des choses passées ». Or, en japonais, l’adjectif natsukashii s’emploie sans aucune once de tristesse.

Au contraire, on l’utilise dans un moment de bonheur qui nous rappelle un souvenir passé, le bon vieux temps. Par exemple si vous retombez sur un jouet de votre enfance, c’est natsukashii. Si vous écoutez une chanson que vous n’avez pas entendue depuis 20 ans, c’est natsukashii.

Ou si comme Amélie Nothomb vous retournez voir la maison où vous avez vécu lors de vos premières années de vie, c’est natsukashii ! J’aime beaucoup la traduction de « nostalgie heureuse » qu’elle a choisi pour son roman éponyme où elle parle de son enfance au Japon.

9) 渋い・しぶい (Shibui)

red hair asian girl

Encore une fois, il s’agit d’un terme lié à l’univers de l’esthétisme japonais pour lequel nous n’avons pas d’équivalent. On qualifie quelqu’un ou quelque chose de shibui quand il/elle possède une beauté simple, subtile et discrète.

Je me rappelle que la première fois que j’ai entendu ce mot, je ne le comprenais pas bien. Une amie m’avait alors donné en exemple le guitariste d’un de mes groupes préférés qui est totalement shibui. Une beauté sans artifice, simple et très classe.

10) ときめく (Tokimeku)

tokimeku

Devenu célèbre grâce à Marie Kondo, le verbe tokimeku signifie « palpiter ». Il est employé pour dire que quelque chose nous fait palpiter le cœur d’excitation ou de joie.

Si une activité vous fait tokimeku, c’est peut-être que vous avez trouvé votre ikigai 😉

Il existe encore bien d’autres mots japonais intraduisibles en français, notamment les onomatopées et mimétismes. Bien plus utilisés que chez nous, on en retrouve au quotidien dans des conversations courantes. Cela est parfois déconcertant pour les étrangers qui ne sont pas habitués à nommer par des bruits des sentiments, des émotions ou des réactions.

La liste de ces onomatopées est tellement longue que je ne pourrais pas la détailler ici. Je le ferai dans un prochain article sur mon blog, alors abonnez-vous pour ne louper aucune info !

Pour apprendre d’autres mots étrangers intraduisibles en français, je vous invite à aller lire les articles écrits par les autres participants de mon carnaval d’articles du mois de mai.

De belles découvertes culturelles en perspective !

Liste des participants :

Apprendre le coréen

I speak spoke spoken (anglais)

Lucie au pays des lutins (suédois)

AlMoradis (apprendre l’arabe autrement)

Chinois Tips

Vivre à Tokyo

La Tribu des Pieds Nus (malaisien)

Le Monde des Langues (diverses langues)

Par souci de transparence, je vous informe que sur les liens Amazon ci-dessus, je touche une petite commission pour chaque achat sans que cela impacte le prix que vous payez 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Voudriez-vous recevoir mon guide pour débutants "Japonais : par où commencer ?" :)