Menu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Comment se comporter dans un temple au Japon pour ne pas être impoli ?

Comment se comporter dans un temple japonais ?

Si vous planifiez votre tout premier voyage au Japon, vous vous posez peut-être la question : comment se comporter dans un temple japonais ou un sanctuaire shintoïste ? Existe-t-il là-bas des règles à respecter comme celles que l’on trouve pour visiter les temples hindous, les mosquées ou les églises chrétiennes ? 

Pour moi, visiter les temples bouddhistes et les sanctuaires shinto est un incontournable lors d’un voyage au Japon. Ces merveilleux endroits ont un riche passé historique et regorgent d’anecdotes intéressantes. Comment en profiter sans commettre d’impair ?

Si vous êtes inquiets d’être éventuellement impolis sans le vouloir, pas de panique, je vous explique ici tout ce qu’il vous faut savoir pour profiter pleinement de votre visite de temple japonais sans stresser !

Sanctuaire shintoïste ou temple bouddhiste ?

L’histoire du shintoïsme et du bouddhisme sont étroitement mêlés au Japon depuis des millénaires. Il n’est donc pas rare que les deux cultes se croisent et se mélangent. Les règles dont je vais vous parler aujourd’hui s’appliquent aux deux types d’endroits sacrés du Japon.

Pour mieux comprendre la différence entre les sanctuaires shinto (神社・じんじゃ, jinja) et les temples bouddhistes (お寺・おてら, otera), je vous invite à regarder cette vidéo dans laquelle Sophie vous explique cela simplement :

Il existerait presque 80 000 sanctuaires shinto au Japon et bien sûr, chacun d’entre eux possède ses petites spécificités. Dieux vénérés, animaux gardiens, nombre de torii sur place, présence d’arbres ou de roches sacrées, etc.

Ces sanctuaires sont des lieux destinés à l’adoration des dieux. Un endroit où l’on redevient humble face à l’univers, où l’on se rappelle qu’il faut faire preuve de gratitude envers la vie. C’est donc un endroit où il est très important de faire preuve de calme et de respect. 

De même, certains temples bouddhistes possèdent de grands trésors historiques, d’autres arborent fièrement les images des moines qui ont aidé à les bâtir, y ont vécu ou s’y sont illustrés par leurs faits d’armes (oui, oui il s’agissait parfois de grands guerriers) ou par leur sagesse. 

Bien se comporter dans un temple ou sanctuaire japonais : erreurs impardonnables

Ce titre vous a fait peur ? Désolée ! En vérité, je pense qu’il n’y a pas d’erreur impardonnable ! Tant qu’il s’agit bien d’erreurs.

Malheureusement, depuis la réouverture des frontières post-covid, de très nombreux influenceurs/streamers se sont permis d’agir de manière extrêmement impolie au Japon, justement parce que le pays est réputé pour attacher une grande importance au savoir-vivre. C’est une attitude tout à fait méprisable. Si vous cherchez à vous montrer volontairement grossiers, sales, bruyants… vous ne serez pas bien vus ni dans l’enceinte des temples japonais, ni ailleurs !

Ceci étant dit, faire des erreurs est humain. Aucun Japonais ne s’attend à ce que vous connaissiez toutes les règles et coutumes du pays. Eux-mêmes savent qu’il est difficile de les mémoriser et de les appliquer. Et surtout : eux même font des erreurs !

Si on parle spécifiquement de notre sujet du jour, chaque lieu de culte est profondément lié à la communauté locale à laquelle il appartient. Du coup, les règles qui s’y appliquent ne sont peut-être pas les mêmes que celles appliquées dans un autre à l’autre bout du Japon… ou dans la ville d’à côté. 

Règles de conduite à respecter dans un temple ou sanctuaire japonais

Ne pas toucher aux statues et ne pas être bruyant

Ça peut sembler logique, mais je préfère commencer par des règles de bases qui s’appliquent en vérité à tous les lieux que vous visiterez au Japon. Évitez de toucher à tout. Statues anciennes, estampes accrochées au mur, peu importe. 

J’ai vu des Français essayer de monter sur une statue du temple Tôdaiji à Nara pour prendre une photo. Non seulement ce comportement pourrait vous attirer de gros problèmes, mais il est aussi très irrespectueux. 

Évitez également les bavardages bruyants et gardez votre téléphone en mode silencieux. Certaines personnes y viennent pour des raisons personnelles importantes qui n’ont rien d’une visite touristique. Il serait grossier de les déranger pendant leur prière, pendant leur cérémonie de mariage ou autre.

S’incliner devant les torii

Les torii (鳥居・とりい) sont les grands portiques (souvent rouges) qui marquent l’entrée d’un sanctuaire shinto. Ces « perchoirs à oiseaux » (traduction littérale de torii) symbolisent le passage du monde ordinaire vers le monde du sacré. Il est donc d’usage de s’incliner avant de les passer. Un peu comme vous annonceriez votre arrivée chez quelqu’un en toquant poliment à la porte, là, vous annoncez votre venue et présentez vos respects aux dieux avant d’entrer sur leur territoire.

les torii rouges de Fushimi inari
Pas besoin de s’incliner devant chaque torii de Fushimi Inari, une fois à l’entrée suffit !

Les Japonais sont loin de tous respecter cette tradition. Certains passeront sur le côté du torii, comme pour éviter d’entrer véritablement. D’autres prendront la peine de s’incliner avant d’entrer et au moment de ressortir. 

Je pense que cette démarche est avant tout symbolique et vous permet d’adopter l’état d’esprit qui convient avant de pénétrer dans l’enceinte du sanctuaire.

Marcher sur le côté du chemin

Les sanctuaires sont souvent composés de plusieurs bâtiments et annexes. Lorsque vous visitez ce lieu sacré, ne marchez pas au centre des allées. Ce chemin est réservé aux dieux. Normalement, il est préférable de marcher sur le côté du chemin, à gauche. Cette façon de faire est flagrante au Meiji Jingu (Tôkyô), mais peut être moins évidente dans de plus petits sanctuaires. 

Attention, encore une fois, certains Japonais ne respectent pas cette pratique. Encore une fois, c’est plus une question ‘état d’esprit et de volonté de marquer la différence entre monde ordinaire et monde sacré qu’une véritable obligation. 

Se purifier au chozuya

Qu’est-ce qu’un chozuya ? Le chozuya, aussi nommé temizuya (手水舎) est une zone à l’entrée des sanctuaires shinto (parfois aussi dans les temples bouddhiques) qui permet de purifier son corps et son esprit avant la prière. On y trouve un petit bassin et une fontaine, parfois ornée d’un dragon ou d’un autre animal en pierre.


Vous pouvez accomplir ce rituel de purification à l’aide d’une hishaku, une sorte de louche traditionnelle. Saisissez la hishaku dans votre main droite, remplissez-la d’eau, rincez votre main gauche, puis la droite, versez l’eau restante dans la paume de votre main gauche pour rincer votre bouche, puis remplissez à nouveau la hishaku et penchez-la pour en rincer le manche avant de la reposer. 

Depuis la pandémie de Covid-19, de nombreux lieux de culte ont retiré les hishaku des chozuya. Dans ce cas, vous devrez vous rincer la main gauche, puis la main droite puis verser un peu d’eau dans la paume de votre main gauche, la placer dans votre bouche puis la recracher discrètement et rincer une dernière fois votre main gauche. 

Ne pas marcher sur le seuil d’une porte

Cette fois on parle bien des véritables portes des temples, côté bouddhiste. Si vous avez déjà visité le Japon, peut-être l’avez-vous remarqué : les Japonais ne marchent jamais sur le seuil d’une porte de temple. Généralement ceux-ci sont d’ailleurs surélevées. Il s’agit de poutres dépassant du sol que vous devez enjamber (parfois de petites marches de chaque côté vous y aident).

Marcher sur le seuil d’une porte est considéré comme un manque de respect. Cette règle s’applique même s’il n’y a pas de différence de niveau notable ou de signe particulier pour marquer le seuil.

Comment s’habiller dans un temple ou sanctuaire japonais ?

C’est une question que l’on me pose régulièrement quand je fais des lives sur Twitch. Et oui, je fais des lives sur Twitch, passez nous voir à l’occasion l’ambiance est chouette ! Bref, c’est une question que j’entends souvent et que je trouve tout à fait légitime. 

Globalement les sanctuaires shintoïstes et temples bouddhistes n’appliquent pas de politique stricte pour tout ce qui concerne la manière de se vêtir. La tolérance est encore plus grande lors des périodes de fortes chaleurs (de juin à septembre). Cependant, je pense qu’il est mieux de connaître les vêtements considérés comme “moins appropriés” à la visite d’un temple japonais afin de les éviter si possible.

De manière générale, les Japonaises et les Japonais se vêtent de manière “modeste”. Les crop top, les leggins, les décolletés et même les débardeurs ne sont pas très courants. Seuls les jupes courtes ou les shorts larges courts sont monnaie courante pour les jeunes femmes (passé 25 ans, les Japonaises vont plutôt s’habiller de vêtements longs). Il faut également noter que ces tenues courtes ne sont pas moulantes.

Dans un lieu de culte japonais, sont donc considérés comme peu appropriés : 

– les épaules nues

– les débardeurs/hauts à bretelle

– les vêtements de sport

– les shorts moulants

– les crop top

– les vêtements moulants et courts

– les sandales 

– les talons hauts

Attention, encore une fois cela ne veut pas dire que ces vêtements sont interdits. Autre petit conseil, certains sanctuaires ou temples s’étendent sur de très grandes surfaces où se trouvent tout en haut de montagnes aux chemins escarpés. Le mieux est de vous habiller confortablement pour la longue marche qui vous attend peut être !

Dernière chose : pour visiter certains temples, il vous sera demandé d’ôter vos chaussures. Pensez donc à en prendre une paire facile à retirer et surtout à mettre des chaussettes propres. Cela serait considéré comme plutôt impoli et mal vu de marcher dans le temple avec des chaussettes trouées par exemple.


Peut-on prendre des photos dans un temple ou sanctuaire japonais ?

Encore une question que l’on me pose de temps en temps. La réponse est “oui, mais”. Vous êtes prêts ?

  • Demandez la permission : dans de nombreux endroits, il est interdit de prendre des photos à l’intérieur des bâtiments sacrés. Avant de prendre des photos, assurez-vous de demander la permission à un membre du personnel ou de vérifier s’il y a des panneaux d’interdiction de photographie. Certains temples autorisent la photographie à l’extérieur, tandis que d’autres peuvent avoir des zones spécifiques où la photographie est autorisée.
  • Évitez les selfies inappropriés : évitez de prendre des selfies inappropriés, en particulier dans les zones sacrées. Ils seront considérés comme un manque de respect.
  • Respectez la vie privée : si vous prenez des photos de personnes, demandez leur permission au préalable. Au Japon particulièrement, le droit à l’image est quelque chose qui n’est pas pris à la légère. 
  • Soyez conscients des événements religieux : si un rituel religieux est en cours (mariage, bénédiction, etc.), abstenez vous de prendre des photos car cela pourrait être considéré comme une intrusion.

Vous savez maintenant comment vous comporter dans les temples et sanctuaires japonais sans gêner personne ! N’hésitez pas et foncez découvrir l’architecture unique et les multiples histoires qui se cachent derrière leurs murs.
Le Japon est un pays incroyable, très ouvert sur le plan de la liberté de culte, mais aussi très tolérant envers les visiteurs intéressés par la riche histoire et la spiritualité de leurs lieux sacrés. Il n’y a donc aucune raison de stresser.

Si les visites de temples et l’Histoire du Japon vous intéressent, je vous recommande nos articles sur les Bouddha géants du Japon ou encore sur les écoles bouddhistes.

Article écrit par Steen, et images réalisées par Steen ou avec Midjourney

Isabelle VANSTEENKISTE

Isabelle est journaliste au Japon depuis plus de 4 ans. Directrice éditoriale de Lepetitjournal.com Tokyo, un média pour expatriés français, elle travaille également comme freelance pour divers médias et a publié un thriller se déroulant au Japon : Kuro Neko.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *